Une rue de Lagos au matin …

5032017

Cette photo a été prise il y a déjà presque 15 jours et partagée sur mon profil Facebook le 21 février. 
Mais je crois vraiment que c’est la photo la plus intéressante que j’ai faite ces dernières semaines et surtout celle qui a eu le plus de commentaires. 
Je l’ai intitulé « Une Rue de Lagos au matin » et j’avais demandé « qu’est ce qu’elle vous inspire ? » 

Rue vide le 21 février

 

photo téléchargée en taille originale, à voir plus grand en cliquant dessus. 

Je ne peux pas raconter beaucoup de choses sur les circonstances de prise de vue, je cherchais à capturer depuis ma voiture le soleil qui perçait à travers les nuages et cette brume de l’harmattan, quand j’ai aperçu cet homme seul au milieu d’une rue vide … 
Je me suis concentré sur la composition avec d’une part la gare de train en construction à droite et aussi le théâtre national en arrière plan et la courbe de la rue et les lampadaires pour créer une fuyante …

Puis en post production, j’y ai apporté quelques changements, j’aurais aimé rendre le visage plus clair, je n’ai pas assez d’expertise pour réussir cette modification. 

En ce qui concerne les commentaires, il y a en a trop eu pour que je puisse les recopier tous ici.
Beaucoup se sont demandés pourquoi si peu de circulation … pas habituel à Lagos. 

Je ne citerai que trois commentaires, réponses à la question « que vous inspire t’elle ? »  :

Michel : « le calme avant la tempête » 
Nabil : « il fut un temps »
Muriel « solitude incongrue » 
Mais vous pouvez aller en découvrir plus sur mon profil Facebook, photo postée le 21 février et qui est dans un album qui se nomme « Les Rues de Lagos »/ 




Lagos, Lagune, Harmattan, pêcheur …

30012016

Samedi 30 janvier … après midi oisif  à Lagos
Ce pourrait être la faute à l’Harmattan.
Vous connaissez cette calamité climatique qui frappe le Nigeria en décembre et janvier.  

Une embarcation sur la lagune avec quelques pêcheurs et je décide de prendre cette scène en photo. Prise dans l’après midi et postée quelques instants plus tard sur facebook, elle attire très vite l’attention … je décide de la partager ce même jour sur mon blog via cet article.

Photo mise en ligne en taille originale.

 

Pêcheur lagune A

 

Dans les quelques commentaires reçus sur facebook le mot « magnifique » est celui qui revenait le plus souvent, mais aussi « superbe », « sublime », « mystique » …
Je vous invite à donner le votre dans la case prévue à cet effet au bas de cet article.

Deux autres photos ont été sélectionnées de cette même séance …
Une en plan beaucoup plus serré alors que le pêcheur jetait son filet, une en plan large.

Pêcheur lagune B1

Lagune avec Harmattan

 

 

 

 




Harmattan à Lagos

14122015

Savez vous ce qu’est l’Harmattan ?

Si vous avez habité une fois dans votre vie au Sahel ou en Afrique de l’Ouest, vous avez surement entendu parlé de l’Harmattan.

Au Nigeria, dans le Nord du pays, il y en a souvent. A Lagos aussi. Début décembre 2015, c’était le cas et j’ai réussi à exploiter ça en faisant deux photos, une le matin vers 7 heures, une autre en fin d’après midi à 18 heures. Les deux ont été prises sur la Lagune d’un pont ou d’un autre … 

From Carter Bridge 3rd Mainland Bridge From 3rd mainland Bridge

 

pour voir les photos en taille réelle, cliquez dessus.

 

Extrait de Wikipédia : L’harmattan est un vent Nord-Est, très chaud le jour, plus froid la nuit, très sec et le plus souvent chargé de poussières. En parcourant de grandes distances au-dessus de vastes étendues désertiques, le vent sec de direction nord-est à est se charge petit à petit de fines particules de sable et de poussière surchauffées en journée. Ensuite l’alizé continental en provenance des hautes pressions subtropicales centrées sur l’ensemble du Sahel-Sahara souffle en périphérie de ces zones sèches, notamment en Afrique de l’Ouest où il est ressenti comme un vent du désert, desséchant et poussiéreux. Par temps d’harmattan, les nuits sont fraîches voire un peu froides comme pendant l’hiver au désert, mais l’air s’échauffe très rapidement avec le soleil ; la chaleur brûlante et sèche venue du nord s’abat brusquement, et l’écart diurne de la température atteint 20 °C à 30 °C à cause de l’extrême siccité de l’air (l’humidité relative tombe souvent en-dessous de 10 % aux heures les plus chaudes). Ce vent du désert est très redouté par les habitants. Le moment de son apparition saisonnière (entre fin novembre et début janvier), sa durée et son intensité peuvent fortement influencer la production agricole en Afrique de l’Ouest.On a remarqué pendant sa présence une nette augmentation des accidents de la circulation et des accidents aériens. Les hôpitaux signalent aussi un nombre plus important d’hospitalisations, pour des motifs divers.







MES PHOTOS |
julien68 |
amel80 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les photos d'Isabelle
| 23 Olivier
| la princesse du 31