Le Référencement local.

Ci dessous un article publié à l’origine sur mon profil Linkedin : le référencement local est il une science occulte ?

***

 

Publié le 8 juin 2019
Photo prise par Olivier Levigne à Billom (Puy de Dôme - 63) en mai 2019
Photo prise par Olivier Levigne à Billom (Puy de Dôme – 63) en mai 2019

 

Non, le référencement local n’est pas une science occulte … au contraire, il peut vous éviter de sombrer dans un domaine bien occulte …

(temps de lecture : 7 mn)

J’ai eu l’idée d’écrire cet article le 3 mai 2019 à 10 heures 45.

Ce matin-là, j’avais animé un atelier de 90 minutes à l’espace de cowork Epicentre de Clermont Ferrand, dont le sujet était « vos premiers pas vers le référencement local ». C’était un atelier gratuit et sans engagement, 90 minutes de présentation et de discussion. L’ensemble des participants ont beaucoup aimé et ont trouvé cela très utile.

Aucun texte alternatif pour cette image

(Atelier inwin du 3 mai 2019 à Clermont-Ferrand)

Quelques temps avant, j’avais fait le même atelier avec des personnes très proches, des gens qui gèrent un commerce près de mon domicile. Depuis, ces derniers ont suivi mes conseils et j’ai pu constater que leur visibilité sur internet avait évolué et dans le bon sens.

Pourquoi écrire cet article alors ? Et pourquoi ce titre ?

Pour tous ceux que j’ai invités et qui n’ont pas voulu venir. Tout ceux qui m’ont répondu « ça ne sert pas vraiment », « je n’ai pas le temps », « je n’en ai pas besoin » … etc …

Et pourtant c’était gratuit et sans engagement.

Le référencement local fait-il peur ?

Certes, si je parle de SERP, de SEO, de Webmarketing, voire de Persona et de stratégie de contenu à un artisan et qu’il ne me comprend pas, c’est évident que je suis dans l’erreur parce que trop technique mais en général, je sais assez bien vulgariser. Si en revanche un entrepreneur refuse de se pencher au printemps 2019, sur la visibilité de son entreprise sur internet, je pense franchement que c’est un signe que son ambition (secrète ou avouée) se limite à être tranquille le plus rapidement possible. Et je ne serai pas ironique si je lui prédis que cela risque d’arriver plus vite qu’il ne le croit sous réserve que la baisse du nombre de client soit un vecteur de tranquillité pour un entrepreneur.

Est-ce vraiment le manque de temps ?

Est-ce vraiment parce que c’est trop technique ?

Ou n’est ce pas plutôt une fausse impression ?

Beaucoup de commerçants pensent connaitre parfaitement leurs clients. Ceux d’aujourd’hui ou même ceux de hier, mais la réalité est que nul ne connait ses clients de demain. 

Je ne citerai personne, mais je croise souvent un artisan qui me dit avoir dépensé X centaines ou milliers d’euros pour être sur les pages jaunes papiers de toutes les communes environnantes parce que, comme il le dit, « ma clientèle, c’est surtout des mamies », un autre qui me confie qu’il dépense X centaines ou milliers d’euros pour sponsoriser les clubs de foot amateurs de ses environs ou bien un autre commerçant qui prend une pleine page sur la brochure du festival de musique ; ils savent ce qu’ils font. D’ailleurs leurs entreprises marchent bien. Mais la réalité est qu’une cliente potentielle qui s’est installée depuis peu dans la région où mes trois exemples sont résidents n’a pas eu recours au « bouche à oreille » et est allé chercher directement un professionnel sur internet et a fait appel à un concurrent de ces trois-là. Et comme cette cliente est une nouvelle habitante, elle veut calculer l’itinéraire entre son domicile et les commerces, elle veut connaitre précisément les horaires et même avoir des avis d’autres clients.

Combien d’exemple devrais-je trouver ? 

Être présent sur internet via le site société.com est une chose, être présent malgré soi (et cela arrive souvent, nous en reparlerons en abordant le sujet des avis) en est une autre, être présent sans mettre en valeur son savoir-faire est regrettable, mais surtout il convient aujourd’hui d’être cohérent et pertinent entre sa présence digitale et sa présence physique. L’internaute décèle l’incohérence en quelques secondes et privilégit la pertinence, les robots d’indexation des moteurs de recherche font de même presque exactement de la même manière que l’internaute grâce à l’intelligence artificielle et offrent la pertinence en mettant en première ligne, en première page, certains commerçants et pas d’autres.

Ce n’est jamais trop tard. 

On peut commencer à s’occuper du référencement local demain mais en matière d’internet, l’ancienneté compte et l’inertie est grande. Un concurrent qui a commencé il y a trois ans aura une avance énorme sur vous. Mieux, Google a déjà commencé pour vous avec votre page Google My Business et des clients ont peut-être déjà déposé des avis que vous ignorez ou bien posé des questions et d’autres internautes y ont répondu. Il n’y a pas une entreprise sur trois autour de moi qui a correctement renseigné cette fiche gratuite et cela est de plus en plus un signe négatif, une pénalisation par rapport à sa concurrence.

La première étape est donc de bien renseigner sa fiche Google My Business, c’est gratuit et c’est facile. Une autre étape est de renseigner une page Facebook. Une épicerie de village saura donner par ces deux médias beaucoup d’informations sur ses produits et ses services, les fermetures exceptionnelles, les promotions, les offres spécifiques et surtout saura exactement combien de personnes ont vu sa page, ont téléphoné, ont demandé un itinéraire. Un hôtel de centre-ville aussi. Combien de gens suivent encore les panneaux pour trouver un hôtel au lieu de Waze ou Google Maps ?

Aucun texte alternatif pour cette image

Cela se met en général en place en plus de la signalisation normale bien sûr. Personne ne saura combien de gens ont vu un panneau et combien sont venus dans le commerce avec l’aide de ce panneau ; pour ce qui se passe sur internet, les statistiques sont très précises. Avoir un site internet ne coute pas cher … par rapport aux autres dépenses.

Un site internet permet beaucoup plus que d’être visible. Le site donne une indication de la personnalité de l’entreprise. Rien de pire qu’une entreprise industrielle qui a un site qui ressemble à celui d’une chambre d’hôte, j’en connais, ou un restaurant qui a un site comparable à celui d’un vendeur de parfum. Les fournisseurs de site vous aident à donner le ton mais beaucoup vont vous vendre la solution qu’ils ont en stock. Je propose à tous mes futurs clients « LA » solution qui leur convient parmi toutes celles disponibles sur le marché. Dans certains cas, je vais conseiller de démarrer avec l’option gratuite d’une page sur Google avec business.siteavant d’aller plus loin (2). Je propose à ceux qui n’ont pas de gros budget pour un site ET du référencement, un forfait « nom de domaine, hébergement, création et mise à jour du site + inscription à des annuaires » pour moins de 70 euros par mois. Cela peut être un deuxième pas avant de laisser tomber tout ou partie des dépenses en publicité traditionnelle, même si l’organisateur du festival de musique et le président du club de foot seront un peu déçus, pour investir sur un beau site vitrine qui vous ressemble et penser aussi au référencement, parce que les statistiques confirment que 85% des internautes ont recherché en local sur internet avant de visiter un commerce.

A propos de référencement, parlons de mots clés. 

Sans aller chercher les outils très compliqués, l’outil Google Trends vous aidera à comprendre quelle est la recherche et à comparer. Trois exemples ci-dessous à propos de la popularité du mot page jaune en France depuis 5 ans, et de la comparaison entre le mot Uber et le mot Taxi dans la recherche en Californie, et du mot « muguet » sur les mois avril-juin.

Aucun texte alternatif pour cette image
Aucun texte alternatif pour cette image
Aucun texte alternatif pour cette image

Que nous apprennent ces graphes ?

Que la recherche sur le mot « pages jaunes » est en chute libre depuis 5 ans en France, que la recherche comparée entre le mot « Taxi » et le mot « Uber » s’est inversée en Californie au milieu de la décennie, que sur les derniers trois mois la recherche sur le mot «muguet » est passé de 1 à 100 sur deux jours et c’est tout …

Essayez Google Trends, la recherche de vos mots clés sur votre région, vous pouvez le faire de 2004 à aujourd’hui ou seulement sur les derniers mois ou même les derniers jours, vous allez trouver cela ludique.

Vous pourrez aller plus loin pour connaitre la volumétrie et les comparaisons de mots clés en consultant un expert digital qui aura accès à des outils comme SemRush ou KWfinder ou autres (1) … mais pour commencer Google Trends vous aidera.

Peur des avis clients …

Voici le principal sujet pour un référencement local utile. J’ai entendu trop souvent la phrase « je ne veux pas prendre le risque de mauvais avis publiés sur ma page » !!!

Que répondre ? Que le meilleur moyen d’éviter cela est d’avoir une majorité de bons avis …

Répondre aussi qu’il n’y a pas de bons et de mauvais avis, il y a des avis utiles et le plus important est souvent la manière dont on y a répondu …

Et si vous ne savez pas très bien répondre, contactez un professionnel qui vous expliquera, vous formera et vous assistera (2).

Si je cherche un hôtel en centre-ville parce que mon train arrive tard le soir dans une ville et que j’ai une réunion tôt le lendemain matin, un internaute qui a vanté la proximité du parking et la présence de parasol autour de la piscine ne me servira à rien. Par contre un internaute qui parlera de l’accueil tardif et la réponse circonstancié du gérant de l’hôtel m’intéressera bigrement. Un avis négatif à propos d’une assureur par un client qui a eu un sinistre sur sa maison ne m’intéressera pas si j’ai l’intention d’assurer un scooter ; ce qui m’inquiétera, c’est par contre que l’assureur n’ait pas répondu à cet avis et pas traité le problème …

En résumé, #1 bien renseigner sa fiche Google My Business, #2 ouvrir une page Facebook par point de vente et bien la paramétrer, #3 connaitre vos mots clés et la manière dont ils sont recherchés, #4 se doter d’un site internet qui vous ressemble et qui ressemble à votre ambition en mettant en valeur votre savoir-faire par du contenu pertinent par rapport à vos mots clés, #5 solliciter des avis et y répondre.

Voici, selon moi, les 5 pas indispensables pour un bon référencement local.

Faire ces cinq pas, ce n’est pas entrer dans le domaine de la science occulte, c’est avancer au même rythme que ses clients. Aller plus loin est bien sur possible, je serai heureux de vous aider (2). Ne pas faire ces cinq premiers pas, c’est pire que rester assis, c’est reculer et entrer peut-être dans un domaine qui lui est probablement occulte, celui de la récession de son entreprise, celui qui est la queue de peloton des concurrents.

Pensez-y plutôt sous cet angle.

Olivier Levigne

Le 8 juin 2019

(1) Vous vous intéressez au marketing digital et vous voulez aller beaucoup plus loin. J’ai sélectionné trois articles pour vous : 

https://fr.semrush.com/blog/referencement-local-importance-et-criteres-optimisation/

https://www.alesiacom.com/blog/3-actions-indispensables-pour-booster-votre-referencement-local

https://www.codeur.com/blog/5-conseils-referencement-local/

 

(2) Vous êtes responsable d’entreprise, dirigeant de PME, TPE, de collectivité, d’association ou cadre responsable d’une section dans une organisation, vous avez envie d’un accompagnement pour mieux organiser votre présence sur internet (qu’elle soit locale ou pas) … 

Contactez-moi. Olivier Levigne, au tel : 06 45 15 14 00 ou par mail : o.levigne@inwin.fr

, , ,

À propos de olivier.levigne

La passion avant tout. Passionné de photo et une très grosse envie de partager les photos que je prends partout où j'ai la chance de vivre et d'aller. Passioné de voyage, de sport et aussi de marketing digital, ne soyez pas surpris si en plus de mes photos, je vous parle voyage, sport et digital !!!!

Voir tous les articles de olivier.levigne

Abonnement

Envoyez moi votre adresse e-mail ou votre N° de tel avec une des messageries ci dessous.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

MES PHOTOS |
julien68 |
amel80 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les photos d'Isabelle
| 23 Olivier
| la princesse du 31